Que se passe-t-il quand on jeûne?


Alimentation, Santé / mardi, septembre 17th, 2019

Le jeûne est devenu tendance, on lui reconnaît des vertus détox. S’il met au repos les intestins, que se passe-t-il d’autre concrètement quand on jeûne ?

 

1. Les macronutriments : Les sources d’énergie

Vous les connaissez sûrement de nom: les protéines, lipides et glucides font partie des macronutriments.

Contrairement au micronutrimuments (oligo-éléments et vitamines), ils apportent de l’énergie à l’organisme dont la quantité s’exprime d’ailleurs en calories.

Petite rectification déjà sur ces 3 groupes de macronutriments, le groupe des protéines est en fait celui des protides (lui-même composé de sous-groupes : protéines, peptides et acides aminés)

Les aliments contiennent des quantités plus ou moins importante de ces macronutriments.

Par exemple, un steack contient beaucoup de protides et des lipides.

Une pomme contient seulement des glucides…

 

2. Quand on a une alimentation variée

Tout va bien ! L’organisme a de tout en quantité suffisante pour laisser les macronutriments remplir leurs différentes fonctions. Par exemple, les protides nourrissent les fibres musculaires, les lipides le système hormonal et les glucides, qui sont la source d’énergie la plus rapidement disponible pour l’organisme, font fonctionner les muscles et le cerveau.

 

3. Quand on jeûne 

Vous l’avez compris, les glucides (donc le sucre sous toutes ses formes : dans les féculents, les fruits, les bonbons…), est le groupe de macronutriment qui fournit le plus rapidement de l’énergie à notre corps (où il est transformé en glucose).

C’est de glucose dont nous allons manquer en premier, le manque va vite se ressentir : irritabilité, mal de tête, faiblesse musculaire…jusqu’à la perte de connaissance en cas d’hypoglycémie.

Comme la nature est bien faite, tout dans notre corps permet de fabriquer ou de remplacer le glucose quand nous n’en avons plus:

 

A partir de nos réserves de sucre (glycogène)

  • Dans les premières heures du jeûne, le stock de glucides du foie (glycogène) est scindé en petits bout de glucose et retourne dans le sang (glycogénolyse). En parallèle l’organisme s’économise et distribue le glucose en priorité aux organes vitaux (cerveau, cœur, poumons). Il sacrifie donc les tissus musculaires.

A partir des lipides

  • Les triglycérides logés dans la graisse deviennent des “corps cétoniques” qui peuvent être utilisés par les muscles et le cerveau après adaptation pour fournir de l’énergie. Au bout du 2 ou 3 jours de jeûne, le corps s’y est complètement adapté et le cerveau devient l’organe le plus consommateur de corps cétoniques. Les régimes hyperprotéinés ou cétogènes misent sur ce circuit pour puiser dans les graisses.

 

A partir des protéines

 

  • Après au moins 24h de jeûne, avant que les réserves du foie ne soient totalement épuisées, le corps commence aussi à produire du glucose à partir de composés non glucidiques (néoglucogénèse)tels que le lactate (acide lactique) produit par les muscles (vous serez donc vite sujet aux crampes).

 

  • Les muscles libèrent aussi des acides aminés dans le sang (protéolyse musculaire), qui les convertis en glucose, en corps cétoniques (ou encore en ATP, qui stocke et transporte l’énergie) . Ceci entraîne une fonte musculaire.

 

4. Alors le jeûne, pour ou contre ?

Chacun son opinion. Les corps cétoniques qui résultent du jeûne ou d’un apport glucidique insuffisant ont leurs détracteurs. J’ai appris il y a quelques années que les corps cétoniques étaient des toxines nocives au fonctionnement cérébral, aujourd’hui des études sérieuses affirment le contraire, un régime cétogène aurait un effet protecteur sur les fibres nerveuses…

Dans tous les cas on peut affirmer que le jeûne prolongé est dangereux, le manque d’énergie va faire défaillir tous vos organes vitaux.

En ce moment, on parle beaucoup de jeûne intermittent et de jeûnes court (24h maxi).

Dans le cadre d’une perte de poids, la pratique régulière de jeûnes courts ou de jeûnes plus longs n’est pas intéressante parce qu’elle entraîne une perte de masse grasse mais aussi de masse musculaire. De plus, comme tout régime basé sur la restriction, cette méthode a 95% de chances d’échouer.

En revanche, si vous êtes en bonne santé, il n’y a pas de raison d’être contre les jeûnes courts et intermittents pratiqués à des fins spirituelles ou pour une détox. L’être humain est conçu pour être capable d’affronter des périodes de manque de nourriture (heureusement!). Les preuves de leurs bienfaits médicaux restent encore à démontrer mais si vous pensez que ça vous fait du bien c’est tout aussi important!


Sources :

Voyage en biochimie, 3e édition,  Bernadette et Philippe Hecketsweiler, Elsevier, 2009

Biochimie, bases biochimiques de la diététique, 2eédition, Olivier Masson, Lavoisier, 2007, p.121

Jeûne, Cerin.org, consulté le 17/09/19


Pour aller plus loin:

Le jeûne purifie-t-il l’organisme?, Cerin.org, consulté le 17/09/19

Les effets du régime cétogène dans le traitement des maladies dégénératives, Cerin.org, consulté le 17/09/19

Une réponse à « Que se passe-t-il quand on jeûne? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *