Le Nutri-Score bientôt obligatoire?


Alimentation, Système de santé / mardi, mai 28th, 2019

Mis en place depuis début 2018, l’UFC-Que Choisir lance ce mois-ci la pétition “Pro-Nutri-Score” avec 6 autres associations de consommateurs européennes pour imposer le logo Nutri-Score aux industriels. Bien que nous manquions de recul pour analyser ses effets sur la santé des consommateurs, c’est l’occasion pour nous de faire le point.

1. Le Nutri-Score, pourquoi?

Dans le cadre de la loi sur la santé de 2016, les pouvoirs publics ont souhaité la mise en place d’une information plus claire pour encourager les consommateurs à acheter des aliments de meilleure qualité nutritionnelle.

Après de nombreux rebondissements (un projet de label santé datait déjà de 2010) c’est le modèle du Nutri-Score qui a été retenu.

2. Comment cela fonctionne?

Un logo apposé à l’avant des emballages alimentaires représente un classement couleur associé à des lettres de A à E, allant de la meilleure à la moins bonne qualité nutritionnelle.

Le logo Nutri-Score est un outil complémentaire du PNNS (Programme National Nutrition Santé).

Pour définir le classement d’un aliment, le Nutri-Score prend en compte pour 100g:

  • Les aliments et nutriments à privilégier: Fibres, protéines, fruits et légumes
  • Et ce qu’il faut limiter: Energie (calories), acides gras saturés, sucre, sel

3. A qui s’applique-t-il?

Jusqu’ici l’application de ce logo sur les emballages repose sur la bonne volonté des industriels de l’agroalimentaire et des distributeurs.

En effet, suite à la réglementation européenne (directive 90/496/CEE), cela ne peut pas être rendu obligatoire.

Il concerne les emballages des produits transformés et des boissons non alcoolisées.

4. Les limites du Nutri-Score

Bien qu’il ne puisse pas permettre de prendre en compte l’alimentation dans sa globalité, le Nutri-Score reste un bon compromis pour comparer deux mêmes catégories d’aliment rapidement.

Cependant, le calcul se basant sur 100g est discutable: Par exemple, pour un plat individuel allant au micro-ondes, il serait plus intéressant que le calcul prenne en compte la quantité réelle que vous allez consommer (environ 300g).

On peut aussi regretter que le Nutri-Score ne prenne pas en compte les additifs et les pesticides présents dans les aliments. Il faudrait espérer que des investissements plus importants dans la recherche soient faits pour évaluer les effets combinés entre les différents additifs et pesticides et ainsi permettre aux associations de consommateurs d’avoir plus d’arguments pour faire évoluer le Nutri-Score dans ce sens.


Pour en savoir plus:

Les prémices du Nutri-Score: Alimentation, comment on nous manipule, L’Express, publié le 16/06/12, consulté le 26/05/19

Liste des sociétés engagées dans la démarche Nutri-Score: Le Nutrition-Score: l’information nutritionnelle en un coup d’oeil, Manger Bouger, consulté le 26/05/19

Pétition “Pro Nutri-Score”: https://eci.ec.europa.eu/009/public/#/initiative


Sources: 

Loi sur la santé du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé, Vie Publique, consulté le 26/05/19

La directive 90/496/CEE du Conseil du 24 septembre 1990: Règlement (UE) N°1169/2011 du Parlement Européen et du Conseil du 25 octobre 2011, Journal officiel de l’Union européenne, consulté le 26/05/19

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *